Un poème, une playlist #1 : étreintes automnales

Pablo Neruda, « Ne sois pas un seul jour loin de moi… », sonnet 45, La Centaine d’amour, trad. Jean Marcenac et André Bonhomme, « Poésies », Gallimard, 1995 Version originale : copyright Herederos de Pablo Neruda, 1959 No estés lejos de mí un solo día, porque cómo,porque, no sé decirlo, es largo el

Netflix and Chill, saison 2 : the black edition

Vous connaissez déjà la chanson donc on ira droit au but : en attendant que la France consacre un moment à l’Histoire des personnes noires sur son territoire et sur les territoires qu’elle a colonisés, en attendant qu’elle réfléchisse au racisme systémique et endémique conduisant à des sursauts superficiels quinquennaux,

Netflix and Chill, saison 1

Il fait froid et il fait gris. La période la plus désagréable de l’hiver s’installe et la méchanceté du monde se fait encore plus cruelle. L’une des seules perspectives positives dans cette atmosphère entre chien et loup, pour celles et ceux qui ont ce privilège, est de se laisser aller

Meilleurs vœux !

La période intense des fêtes de fin d’année se termine et la décompression est plus que nécessaire. Autant, ces moments me sont agréables, notamment parce qu’ils permettent de sortir de mon ordinaire gastronomique ; autant à l’issue de ceux-ci, surtout cette année, il m’est nécessaire de trouver le repos physique

Happy birthday to me…

Contexte Fin juillet, je souhaite noter une réflexion dans le fameux journal repris en 2021 et je tombe sur la dernière fulgurance de ma pensée datant du mois de mai : « Having two mothers but feeling like nobody’s daughter« . Oui, j’ai des tendances de drama queen… Mais pourquoi cette réflexion

Créez un site ou un blog sur WordPress.com